Mais pourquoi… le quartier de la Petite-France porte ce nom ?
Environnement 

Mais pourquoi… le quartier de la Petite-France porte ce nom ?

Quartier typique de Strasbourg, la Petite-France est la carte postale alsacienne par excellence. Dans cet épisode, « Mais pourquoi » s’intéresse à ce haut lieu du tourisme Strasbourgeois. Mais pourquoi le quartier de la Petite-France se nomme ainsi ?

La Petite-France fait partie des lieux touristiques incontournables à Strasbourg. Aussi célèbre que la cathédrale, le quartier attire chaque année de nombreux curieux, venus découvrir les maisons à colombages qui datent des XVIe et XVIIe siècles. Mais savez vous d’où ce quartier emblématique tire son nom ? Le guide touristique Rodolphe Cattin répond à cette question.

Le guide touristique Rodolphe Cattin, lors d’une visite de la Petite France (Photo Emeline Burckel / Rue89 Strasbourg / cc)

Pour comprendre d’où le quartier tient son surnom, il faut remonter à l’époque médiévale, lorsque la Petite-France était encore le quartier des tanneurs. Les greniers ouverts des maisons à colombages servaient alors à faire sécher les peaux des tanneries. Mais alors, pourquoi ce nom de « Petite France » ? Réponse dans cet épisode.

La Petite-France avec la Maison des Tanneurs à droite, et son grenier ouvert pour faire sécher les peaux  (Photo Emeline Burckel / Rue89 Strasbourg / cc)
Quartier de la Petite-France (Photo Emeline Burckel / Rue89 Strasbourg / cc)

Nous attendons vous suggestions ! Les questions que vous vous posez sur Strasbourg pourront faire l’objet d’un nouvel épisode de « Mais pourquoi ».

Aller plus loin

L'AUTEUR
Emeline Burckel
Journaliste stagiaire

En BREF

Des militants écologistes ont occupé le terrain destiné à l’entrepôt type-Amazon à Ensisheim

par Thibault Vetter. 5 699 visites. 2 commentaires.

Lidl a oublié de payer plus de la moitié de la prime Covid de ses salariés étudiants

par Guillaume Krempp. 4 808 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Samedi et dimanche, le pic d’ozone entraîne une baisse du prix des transports en commun et de la vitesse sur les routes

par Manuel Avenel. 1 727 visites. 1 commentaire.