Mais pourquoi… a-t-on mis sous bulle la gare de Strasbourg?
Environnement 

Mais pourquoi… a-t-on mis sous bulle la gare de Strasbourg?

À Strasbourg, la gare a deux visages. Depuis 2007, une immense verrière en forme de tore embrasse le bâtiment construit par les Allemands en 1883. Une manière de protéger le monument ? Pas vraiment. De le sublimer ? Pas seulement. Dans cet épisode de « Mais pourquoi », la maire à l’époque, Fabienne Keller, explique la raison d’être de cette construction transparente et circulaire.

Mais pourquoi a-t-on comme mis sous bulle la gare de Strasbourg? Lorsqu’on lui pose la question aussi franchement, la réponse de Fabienne Keller fuse dans un sourire : « Mais parce que le TGV arrivait ! Il fallait agrandir la gare tout en respectant le bâtiment historique. » Maire de Strasbourg de 2001 à 2008, l’actuelle députée européenne connaît ce dossier en détails, puisqu’elle a dû décider de sa conception.

Dans cet épisode de la série de podcasts « Mais pourquoi », elle revient sur les travaux de réaménagement de la gare qui ont permis d’absorber l’afflux de nouveaux passagers lié à l’arrivée du TGV Est en 2007, et concilier les différents modes de transports.

En tant que maire de Strasbourg au moment du réaménagement de la gare, Fabienne Keller avait suivi de près les travaux et les réflexions autour du projet. En 2009, elle a par ailleurs travaillé en tant que sénatrice sur un rapport au sujet du concept de gare contemporaine, pour le Premier ministre. (Photo VP / Rue89 Strasbourg)

La verrière qui habille aujourd’hui le monument historique est une création de l’architecte Jean-Marie Duthilleul, lequel a également travaillé sur les gares d’Avignon et de Montpellier. Ce nouveau hall de 150 mètres de long a permis de doubler la surface au sol. Les 5 200 mètres-carrés de vitrages le long de la façade historique sont supportés par 650 tonnes de verre et d’acier. La réalisation de la verrière a nécessité deux ans de travaux et coûté 18,45 millions d’euros.

Derrière la verrière, on devine plus ou moins le bâtiment historique selon le moment de la journée. (photo JFG / Rue89 Strasbourg)
Fabienne Keller à la gare de Strasbourg. (Photo VP / Rue89 Strasbourg).

Au XIXe siècle, d’une gare de tête à une gare traversante

Le bâtiment historique que l’on devine derrière la verrière a été inauguré en 1883. Auparavant, une autre gare desservait Strasbourg: elle se dressait à l’emplacement de l’actuel centre commercial des Halles, mais c’était une gare de tête, c’est-à-dire un terminus en cul de sac, comme les gares actuelles de Paris. En 1871, après l’annexion, les Allemands lancent le projet d’une gare de passage, en construisant la Neustadt. Elle devait permettre de voyager aussi bien vers l’Allemagne qu’à Paris. C’est ce qui explique l’important faisceau ferroviaire de la gare strasbourgeoise. Ce réseau de voies lui a permis d’absorber l’augmentation progressive de la circulation depuis.

Aller plus loin

L'AUTEUR
Victoire Pirot
Victoire Pirot
Journaliste à contretemps.

En BREF

À Niederhausbergen, Jean-Luc Herzog porte les élections jusqu’au Conseil d’État

par Pierre France. 1 273 visites. Aucun commentaire pour l'instant.

Des peines de prison confirmées en appel pour des militants anti-GCO

par Félix Paulet. 1 628 visites. 1 commentaire.

Harcèlement de rue : une marche « Ensemble en jupe » samedi 24 octobre

par Félix Paulet. 1 956 visites. 2 commentaires.